Extrait d’un article de Dominique Wyss paru dans la Tribune de Genève du 31 mai 2017

« Hercule Poirot, Sherlock Holmes, Jules Maigret, Michael Bennett, tous ces personnages ont un dénominateur commun: le métier de détective.

Hercule Poirot était un célèbre détective privé de nationalité belge.

Sherlock Holmes résidait, lui, à Londres et avait pour devise «Lorsque vous aurez éliminé tout ce qui est impossible, il ne reste plus que la vérité, quelque improbable qu’elle paraisse.»

Jules Maigret était de son côté commissaire de police au 36, quai des Orfèvres. Après avoir abandonné des études de médecine au début du siècle dernier, il utilisa ses talents de détective en France mais aussi aux Etats-Unis.

Quant au dernier, Michael Bennett, il est inspecteur de la Brigade criminelle du NYPD (service de police de la ville de New York, fondé en 1845). Tous ont eu, à leur manière, la même passion: enquêter et apporter leurs déductions.

Sans aller jusqu’à la scène de crime, je me suis amusée à mener ma propre «petite enquête» auprès d’un détective privé genevois, pour savoir comment se pratiquait ce métier ici et en particulier s’il existait une formation officielle.

J’ai rapidement constaté, vu le foisonnement de «détectives» sur Internet, que je devais m’adresser à quelqu’un issu de la police. C’est ainsi que j’ai pris contact avec Robert Knecht, ex-membre de la Brigade d’intervention de la gendarmerie genevoise. Une rencontre sympathique en compagnie d’un homme de terrain, sérieux, avec de l’expérience et qui a décidé, après un certain nombre d’années dans la police, de devenir indépendant. »…

Lire la suite de l’article sur le site « Signé Genève »